mardi 6 novembre 2012

Radio logicielle : la révolution à venir.

Mon billet concernant la popularisation des technologies embarquées grâce au projet Arduino m'a rappelé un article publié cet été par l'excellent ArsTechnica.

Dans un article consacré au phénomène de la radio logicielle "grand public", ArsTechnica faisait le parallèle intéressant entre le mouvement actuel autour des SDR et le début balbutiant de l'informatique personnelle dans les années 70. A l'époque, personne ne savait vraiment quoi faire d'un ordinateur et ceux-ci étaient réservés à un usage d'amateurs passionnés. Inutile de s'étendre sur l'avenir qu'a eu cette technologie. 

Dans les années 1960/70 un ordinateur était gros, cher et réservé à quelques organisations étatiques ou grosses entreprises. On observe le même phénomène aujourd'hui avec les radios logicielles dont l'utilisation est réservée à des applications militaires (radios tactiques) ou de multinationales (téléphonie mobile). 

ArsTechnica n'hésite donc pas à comparer les rares sociétés commercialisant du matériel SDR accessible (Ettus avec son USRP, PerVices avec son Phi), à des potentiels futurs Apple. La diffusion de ce matériel chez un public d'amateurs, de chercheurs, de hackers et de passionnés pourrait bien être l'étincelle qui va déclencher une révolution dans la manière d'utiliser les ondes et les technologies sans fil. En effet il est très fréquent qu'une technologie développée par une grosse structure publique ou privée ne trouve le succès que lorsque le grand public s'en empare pour des applications absolument pas envisagées par ses créateurs.

Cette transition si elle à lieu, ne se fera pas sans friction politique et économique, car elle pose le problème de la régulation des ondes. ArsTechnica explique en effet que ces SDR ne sont autorisées à la commercialisation aux Etats-Unis que parce qu'elles sont assimilées à du matériel de recherche. Ils s'étendent ensuite sur le problème précis de régulation par la FCC. Je vous renvoie à l'article si vous voulez en savoir plus, mais on comprend bien que donner la capacité à n'importe qui d'émettre facilement sur n'importe quelle fréquence peut poser problème.

Du point de vue de la sécurité informatique ce développement du hardware SDR va avoir de sérieuses conséquences puisque les radios logicielles sont déjà principalement utilisées pour la recherche en sécurité.

On peut cependant envisager un avenir radieux à la radio logicielle qui n'en est qu'à ses débuts, mais qui permettra un jour pas si lointain, grâce à la radio cognitive notamment, de remplacer tous les autres appareils radio en émettant et recevant simultanément diverses fréquences, selon différentes modulations et supportant divers protocoles.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire